A - LA CONQUETE DE LA SICILE - Site personnel JF Coustillière

Aller au contenu

Menu principal

A - LA CONQUETE DE LA SICILE

Essais historiques > Monographie sur l'Histoire navale de la Tunisie

ANNEXE A

LA CONQUETE DE LA SICILE


(489-264 av.J.C.)
Durant 225 ans, Carthage tenta d'établir sa domination sur la Sicile.
Elle se heurta aux ambitions des différents tyrans de Syracuse avant de traiter avec Aghatocle, en 305, et de s'allier à Rome contre Pyrrhus.
Cette annexe rappelle les dates et événements les plus importants de cette période.
------------
Une tentative de généalogie des divers généraux et amiraux carthaginois ayant participé à ces différents événements est proposée en
annexe D. et en annexe E une lignée des successions des suffètes carthaginois.
-----------

Magon(1), l'amiral de la flotte carthaginoise a deux fils: Hasdrubal(1) et Hamilcar(1). En 489, il organise la flotte de façon rigoureuse et disciplinée, préparant l'invasion de la Sicile durant trois ans.

Carte de Sicile

Hamilcar(1) appareille alors de Carthage avec 300.000 hommes à bord de 2.000 bâtiments de guerre, et 3.000 vaisseaux de charge. Il se dirige vers Palerme, et y débarque en 483.

A Syracuse, ville gréco-sicilienne, le tyran Gélon tente une sortie avec 5.000 cavaliers contre Hamilcar(1) qu'il défait devant Sélinonte. Les Carthaginois perdent 150.000 hommes. Hamilcar(1) se suicide (une autre version prétend qu'il fut tué par Gélon).
               
Carthage paie tribut... En 480 av.J.C., après la défaite d'Himère, la cité crée le  Conseil des Cent, dont l'une des attributions est de juger les généraux et les amiraux qui perdent des batailles.
                
En 440, la campagne de Sicile reprend. Himilcon(1) est commandant des  troupes  stationnées dans cette île, mais il est battu devant Syracuse.

En 410 av.J.C., Carthage attaque de nouveau la Sicile, à la demande de Ségeste, ville assiégée.

Hannibal(2), petit-fils d'Hamilcar(1) veut venger la défaite d'Himère contre Gélon. Il dispose de 200.000 fantassins, et de 4.000 cavaliers (Xénophon parle, dans ses  récits, de 100.000 combattants). Les Carthaginois s'emparent de deux villes siciliennes. Agrigente est ensuite conquise, en 407, par Hannibal(2) et Himilcon(2). Hannibal(2) meurt durant l'épidémie de typhus qui sévit à la fin de cette campagne.

En 404 av.J.C., Gélon signe un traité avec Himilcon(2). Mais, Denys l'Ancien, qui avait signé ce traité au nom de Gélon, décide en 399, d'exterminer tous les Carthaginois présents en Sicile, et, en 397, durant l'absence d'Himilcon, attaque brusquement les comptoirs et les biens carthaginois situés dans cette île. Il engage 80.000 fantassins, 3.000 cavaliers, 200  vaisseaux de guerre, et 500 vaisseaux de charge.

Les  Carthaginois  sont   écrasés  après avoir subi  le siège de Motya, et en dépit de l'intervention de la flotte d'Hamilcar(2).  

Carthage réarme alors, et construit de nouvelles machines de guerre: des béliers, et des tours d'assaut de six étages.

Himilcon(2), en 396 av.J.C., fait appareiller de nuit, vers Syracuse, dix vaisseaux à voiles qui détruisent la flotte  ennemie. Il envisage de poursuivre cette campagne afin de repousser les Grecs hors de Sicile. Il conquiert plusieurs villes, et assiège Syracuse. Une épidémie de peste met fin aux ambitions d'Himilcon(2) qui doit se résoudre à rentrer à Carthage, poursuivi par ses ennemis, et par ses mercenaires mécontents de la défaite. Carthage les repousse en 395.

En 392, Magon(2) envoie une nouvelle expédition contre la Sicile. Il signe un traité pour 9 ans, avec Denys, qui avait remplacé Gélon. Celui-ci ne le respectera pas, et Magon(2) dut revenir pour faire valoir ses droits, en 385 . C'est un échec, il est vaincu et meurt avant la fin de la campagne . Denys exige alors l'évacuation totale de l'île.

En 382, Hannon(2), fils et successeur de Magon(2), essaie de prendre une revanche sur la Sicile. Il écrase les Grecs, et en massacre 14.000. Un nouveau traité est signé avec Denys.

En 368, la peste frappe Carthage. Denys en profite pour attaquer les cités carthaginoises, mais il meurt pendant cette expédition. Denys-le-jeune lui succède. Hannon(2) rentre triomphalement à Carthage avant de décéder à la suite d'une conspiration avortée.        

En 352, un traité de paix, d'amitié et de commerce est signé entre Carthage et Rome. "Les Carthaginois, à Rome, sont citoyens romains; les Romains, à Carthage, sont citoyens carthaginois"!

En 342, Timoléon, auquel Denys-le-Jeune avait  fait appel, attaque et défait les Carthaginois, dont les forces étaient essentiellement composées de mercenaires grecs.  

En 340, les Carthaginois attaquent de nouveau la Sicile avec 200 bâtiments. Ils sont battus par le général grec Timoléon. La bataille  fit 30.000 morts, dont 2.500 citoyens carthaginois, appartenant à la cohorte sacrée.  

Un nouveau traité de paix est signé avec Syracuse en 338. Les Grecs et les Carthaginois se partagent la Sicile Mais, en 310, Aghatocle, qui a pris le pouvoir en Sicile, grâce à Carthage, déclare la guerre aux Carthaginois. Vaincu, il se réfugie à Syracuse, et est soumis à un blocus. Il parvient cependant à s'échapper, à la faveur d'une éclipse de soleil, et débarque sur les côtes d'Afrique avec 60 bateaux, après 6 jours de mer.

Il brûle ses navires, et s'installe au Cap Bon, à Haouaria, où il établit sa domination de 310 à 306. Il conquiert même Utique. En 307, tout le littoral, sauf Carthage, lui appartient. Aghatocle, jugeant sa domination sur l'Afrique suffisamment établie, rentre en Sicile.


Le Cap Bon

Une armée part de Cyrène vers Carthage. Sa mission est de réduire la cité. Cette dernière arme un force de 40.000 hommes et finit par vaincre les Siciliens.

En 305, suite au traité signé avec Aghatocle, Carthage reprend pieds en Sicile.

En 279, le traité d'assistance mutuelle entre Rome et Carthage, est reconduit pour s'opposer au Grec Pyrrhus qui mène une campagne d'invasion contre Rome. Carthage propose un renfort de 120 bateaux. Cette campagne prend fin avec la défaite de Pyrrhus, qui se retire, en  272.

264 marque le début des guerres puniques.


Le Cap Bon     (© J. F. Coustillière)

 
Retourner au contenu | Retourner au menu