C - LES BATAILLES D'ECNOME, DE DREPANE ET DES ILES AEGATES - Site personnel JF Coustillière

Aller au contenu

Menu principal

C - LES BATAILLES D'ECNOME, DE DREPANE ET DES ILES AEGATES

Essais historiques > Monographie sur l'Histoire navale de la Tunisie

ANNEXE C


            

LES BATAILLES D'ECNOME, DE DREPANE ET DES ILES AEGATES







260 av. J.-C., la bataille d'Ecnome




         En 260 av.J.C., Caius Dullius commandant la flotte de la République Romaine, avait écrasé les Carthaginois à Mylès. Ceux-ci avaient abandonné ou perdu 44 navires et plus de dix mille hommes. Le navire amiral avait été abordé et saisi tandis qu'Hannibal fuyait sur une embarcation légère.

         Cette bataille avait vu l'affrontement  de 130 galères carthaginoises contre 145 romaines.

         Mais cette première victoire navale ne pût être exploitée par Rome en raison de la forte implantation carthaginoise en Sicile. Rome continua de développer sa flotte. Inévitablement celle-ci, forte de 330 quinquèrèmes, renforcées de 80 trières de transport de chevaux, devait un jour se mesurer aux 350 navires de Carthage. C'est ce qui se passa lorsque Rome envisagea une opération navale contre les côtes d'Afrique.

la bataille d'Ecnome

En l'été 256 av.J.C., la flotte romaine quitta Ostie pour aller mouiller prés d'Ecnome, sur la côte méridionale de Sicile. Là, les équipages furent renforcés pour atteindre 39 600 hommes. Ils appareillèrent en direction de l'ouest de l'île avant de faire route au sud vers Carthage.

         Les Carthaginois les attendaient à 60 km à l'ouest d'Ecnome. Il faisait beau, et le temps était calme. Les Romains étaient commandés par les consuls Marcus Atilius Régulus et Lucius Manlius Vulvo. L'amiral Hamilcar commandait la flotte carthaginoise.

         Ce dernier ayant observé la flotte romaine retardée par les transports de chevaux, sépara sa propre flotte en trois groupes: l'aile gauche, le centre et l'aile droite. Il envisageait d'attaquer les Romains, dont les navires étaient regroupés, "en étau". Dès que les Romains attaquèrent en force Hamilcar entreprit de les encercler.

Mais les consuls firent évoluer leur flotte la séparant en trois ce qui eut pour effet de détruire la cohérence de l'attaque des Carthaginois. Les navires de ces derniers furent engagés individuellement les uns après les autres.

         Les Romains perdirent 24 navires, les Carthaginois 94 soit le quart de leur flotte. La force de Rome avait triomphé de l'agilité sur mer de Carthage.


250 av. J.C., les batailles de Lilybée et de Drépane.




         Lilybée était la base navale la plus importante des Carthaginois en Sicile. Rome, en 250, envisagea de la détruire et, pour cela, prépara une expédition de 200 unités récentes. Carthage, ayant eu connaissance de ces préparatifs, renforça ses troupes.  

         Les Romains se présentèrent devant Lilybée avec 240 galères, et un grand nombre de bâtiments de transport (110.000 hommes, d'après l'historien Diodore...).


les batailles de Lilybée et de Drépane

Pendant ce temps, Carthage préparait un renfort de 4 000 hommes, répartis en deux groupes dont l'un devait, sous les ordres d'Hannibal, fils d'Hamilcar, forcer l'entrée du port de Lilybée, bloquée par les Romains.

         Profitant d'un vent violent, Hannibal entra en force dans le port assiégé, bousculant les bâtiments romains qui craignaient de se faire entraîner par le vent avec leurs ennemis. Le débarquement des troupes s'effectua sans encombre.  

         Le deuxième groupe, commandé par Adherbal, devait renforcer la garnison de Drépane. Sa flotte était devant le port.

         Les Romains débordés à Lilybée, envisagèrent d'attaquer Drépane pour affaiblir les forces carthaginoises. L'avant-garde de leur escadre se présenta à l'aube devant le port.

         Adherbal fit alors appareiller ses unités, et les conduisit vers une baie située aux pieds de falaises qui se trouvaient du côté opposé à celui de l'arrivée des Romains. Ces derniers continuaient à faire route vers l'entrée du port jusqu'au moment où ils reçurent l'ordre de faire demi-tour, alors qu'ils étaient déjà engagés dans les passes.

         La plus grande confusion s'abattit sur l'escadre romaine, et Adherbal en profita pour lancer ses navires contre elle.

         Une trentaine de navires seulement purent s'échapper, tandis que 93 bâtiments étaient capturés.

         Peu après, ce succès fut complété par la destruction d'une flotte romaine de 120 vaisseaux de guerre et 800 bateaux de transport qui faisait route pour ravitailler l'escadre romaine occupée au blocus de Lilybée. Elle fut surprise par la flotte carthaginoise qui lui barra la route, la contraignant à subir une violente tempête qui la jeta à la côte.



242 av. J.C. la bataille des Iles Aegates


         En 249, le gouvernement de Carthage, estimant avoir détruit la flotte romaine, jugea superflu de laisser son escadre en Sicile, et la rappela en Afrique.

         Les Romains en profitèrent pour tenter la reconquête de Drépane.  

         De nouveaux renforts carthaginois devaient être envoyés en Sicile. Une expédition de 200 navires fut préparée sous la direction de Hannon (filiation inconnue). L'intention de cet amiral était de rejoindre le point de la côte sicilienne le plus proche pour y débarquer sa cargaison au plus tôt et, ensuite, faire route à la rencontre des Romains.



         Les Romains, bien renseignés, montèrent une embuscade aux abords des Iles Aegates. Le vent était violent et la mer forte. Aprés de nombreuses hésitations, ils attaquèrent la flotte d'Hannon. Celle-ci, lourdement chargée (car son amiral n'avait pas eu le temps de mettre son projet à exécution) mais aussi mal entrainée, fut battue et perdit 117 navires.                               




 
Retourner au contenu | Retourner au menu